À quoi sommes-nous tenus ?
Table ronde

Théâtre Antoine Vitez d’Ivry

échanges animés par
Alexandre Pierrepont (anthropologue)
avec Didier Petit (musicien),
Yaping Wang (musicienne),
JayVe Montgomery (musicien),
Raphaëlle Tchamitchian (chercheuse et journaliste), Pierre Tenne (journaliste),
Jean Rochard (producteur)
et Fabien Simon (programmateur)

Odyssey 5tet live

à gauche : Alexandre Pierrepont
ci-dessus : Pierre Tenne, JayVe Montgomery, Alexandre Pierrepont, Jean Rochard et Raphaëlle Tchamitchian.

générique : Kahil El’Zabar / Necktar (Spirit Groove – 2020) – visuel 30 ans : Distillateur Graphik

Raphaëlle Tchamitchian

Raphaëlle Tchamitchian

lien vers le site du festival

en partenariat
avec le Théâtre Antoine Vitez

lien vers le site du festival

” On le sait désormais : la culture fait courir de très grands risques à la santé des populations. Les choix draconiens que la crise sanitaire a contraint de nombreux gouvernements, dont celui de la France, à faire, nous ont permis à toutes et à tous de diversement apprécier ce qui était jugé “essentiel” et ce qui était jugé “non-essentiel” dans l’activité humaine. Dans la vie en société. Dans “les mondes d’ici”, comme le proclament juste à temps Didier Petit et les musiciennes, et les musiciens qu’il a rassemblés. Et tout ça, alors que le secteur de la culture est sans doute l’un des mieux préparé pour respecter et faire respecter, sans autocontrôle, les protocoles qui s’imposent à l’heure actuelle. Heureusement restent les écrans, à longueur de journée et de soirée. Tout ce qui permet de faire semblant de vivre, et de le montrer, à distance les uns des autres. Distanciel, présentiel, d’ailleurs : comment s’accommoder réellement d’un tel distinguo ? À quoi sommes-nous tenus ? “
Alexandre Pierrepont

“Now we know that culture represents a very great risk to people’s health. The draconian choices that the health crisis has forced many governments, including here in France, to make stands on what was considered “essential” and what was considered “non-essential” in human activity. Thus in social life. In “Les Mondes d’ici”, as Didier Petit and the musicians he brought together proclaimed just in time. And all this, while the cultural sector is undoubtedly one of the best prepared to respect and ensure respect, without self-control, for the protocols that are currently required. Fortunately, we still got screens, all day long and all night long. Everything that allows us to pretend to live, and to show it, at a distance from each other. Distanciel or face-to-face, by the way: how can we really live with such a distinction? What are we obliged to do?”

Odyssey 5tet live

Alexandre Pierrepont, Yaping Wang, Didier Petit et Jean Rochard.
de dos : JayVe Montgomery