Joëlle Léandre

masterclasse
École des Musiques actuelles de Cachan (EDIM)

Joëlle Léandre

Joëlle Léandre est une chercheuse qui n’a de cesse de faire le point sur la musique, sur la pratique de son instrument. Joëlle est aussi une femme qui a choisi son instrument, la contrebasse. Coup de force magnifique, cette musicienne mériterait le statut d’icône nationale de l’invention. Dès les années soixante, elle fait sortir la contrebasse du strict rôle d’accompagnement pour la pousser dans la course de la musique d’impro, comme Scott La Faro ou Charlie Haden ont pu le faire en jazz. Joëlle vient du classique puis part ensuite aux Etats-Unis pour jouer dans l’orchestre de Bernstein. Elle y côtoie des frondeurs comme Derek Bailey, Giacinto Scelsi, Steve Lacy, Anthony Braxton ou encore John Cage qui lui dédicace une pièce. Elle anime également les grandes heures de la musiques contemporaine en compagnie de Pierre Boulez. Son approche et son caractère explosif fondent l’intonation, le lien à la mélodie qui caractérise son jeu. Radical ? Oui. Dans son entêtement d’un jeu très libre où chaque motif cherche le choc et la concorde.

Joëlle Léandre is a searcher who never stops exploring the music and the practice of her instrument. Joëlle is also a woman whose choose her instrument, the double bass. She’s a musician who deserves the status of national icon of invention. Starting in the sixties, she took the double bass out of its accompaniment role and brought it into the race for improvisation, as Scott La Faro or Charlie Haden were able to do in jazz. Joëlle comes from classical music, works with Pierre Boulez and then, in the United States, plays in Bernstein’s orchestra. There she rubbed shoulders with slingers such as Derek Bailey, Giacinto Scelsi, Steve Lacy, Anthony Braxton or John Cage who dedicated a piece to her. Her approach and her explosive character are the foundation of the intonation and the link to the melody that characterizes her playing. Radical? Yes. In his stubbornly free playing where each motif seeks shock and harmony.

Joëlle Léandre

“Pour construire, il faut nécessairement et constamment se souvenir de ce qu’il se passe autour de soi quand on improvise.”

Le 29 janvier 2021, Joëlle Léandre a animé une masterclasse
à l’EDIM de Cachan, auprès des élèves du Cycle d’Orientation Professionnelle Jazz, issue d’un partenariat entre l’EDIM
et le CRD de Bourg-la-Reine / Sceaux.

On January 29th, Joëlle Léandre lead a masterclass at the EDIM
in Cachan, with the students of the Jazz Professional Orientation Cycle, resulting from a partnership between the EDIM
and the CRD of Bourg-la-Reine / Sceaux.

1. Joëlle Léandre joue et explique l’importance de l’improvisation,
l’élan vital de la musique et la connivence des musiciens entre eux.

2. Session 1 – Lucas Gaudin, saxophone alto / Jean-Maxime Pinta, guitare / Fenglin Qu, batterie

3. Session 2 – Christian Belivacqa, trombone (élève italien en Erasmus) / Claire Alloul, chant
Diane Launay, chant / Maxime Ziuliani, piano

4. Session 3 – Julien Dubois du Bellay, sax alto / Maxime Nakadera, saxophone alto /
Felicino Montagna, batterie (élève italien en Erasmus)

5. Session 4 – Jean-Maxime Pinta, guitare / Romain Fitoussi, guitare (enseignant EDIM)

6. Session 5 – Sextet

lien vers le site du festival

en partenariat
avec l’EDIM Cachan